TOP 3 DES TENDANCES DU MARKETING D’INFLUENCE

On assiste aujourd’hui à une accélération et à une démocratisation de l’influence dans tous les secteurs, levier de la stratégie de marketing digital. L’industrie du marketing d’influence devrait d’ailleurs atteindre environ 15 milliards de dollars en 2022 de chiffres d’affaires (estimations Influencers Marketing Hub).

Du défi lancé par le Président de la République Emmanuel Macron aux YouTubers McFly et Carlito pour promouvoir les gestes barrières à l’entrée de la star d’Instagram Chiara Ferragni au conseil d’administration de Tod’s, les approches collaboratives avec les créateurs de contenu sont repensées et tous les réseaux sociaux sont investis pour cibler et engager les audiences jeunes.

C’est dans ce contexte ultra-dynamique que la première école en France pour former au marketing d’influence, ffollozz (Groupe IGS et en partenariat avec l’ISCPA), ouvrira ses portes en septembre prochain.

Nous avons choisi de décrypter trois tendances clés du marketing d’influence.

UNE INFLUENCE PLUS ÉTHIQUE

Après les placements de produits et partages de codes promo à outrance, très pratiqués notamment par les influenceurs issus de la télé-réalité pour favoriser l’acte d’achat, on assiste aujourd’hui à un virage de l’influence vers plus d’authenticité et d’engagement avec une prise de parole sur les sujets sociétaux et environnementaux (Black Lives Matter, féminisme, écologie…). Pour les Key Opinion Leaders (KOL), il s’agit de proposer un contenu plus riche de sens, d’incarner des causes et de défendre des valeurs qu’ils partagent avec les marques. Ceci est d’ailleurs le premier critère d’acceptation d’une campagne de marketing d’influence par les influenceurs.

Les influenceurs ont aussi compris l’importance d’être honnêtes et transparents avec leur communauté et affichent ainsi les partenariats rémunérés, posts sponsorisés et parts de placement avec l’hashtag #ad. De nombreux outils, comme la Charte de la relation influenceurs lancée par le Syndicat du conseil en relations publics (SCRP), existent pour réguler les pratiques mais aussi de plus en plus pour traquer les faux profils d’influenceurs.

Pour répondre aux besoins d’authenticité, les marques se tournent aussi davantage vers les micro-influenceurs et nano-influenceurs qui disposent d’une audience limitée mais plus ciblée, d’un meilleur taux d’engagement et qui développent un contenu avec un ton plus personnel. Des formats sans filtre tels que les « live », qui ont explosé pendant le confinement, apportent également plus de spontanéité  (Cf. notre mission de community management pour La Martinique avec l’organisation de 11 lives Instagram).

UNE INFLUENCE PLUS STRATÉGIQUE

Il ne s’agit plus seulement de répondre à des enjeux de notoriété mais également à des objectifs de performance (fidélisation, recrutement, vente). Les réseaux sociaux ont ainsi déployé des fonctionnalités de « social selling » pour permettre de vendre les produits directement à travers les publications ou en live shopping.

UNE INFLUENCE AVEC PLUS DE VIDÉOS

Pour toujours plus de dynamisme, d’émotion et de créativité, les influenceurs se tournent aussi aujourd’hui davantage vers les courtes vidéos (TikTok, Guides/Lives/IGTV/Reels Instagram…) au détriment des photos. Dans le secteur du tourisme, TikTok devient de plus en plus populaire et s’inscrit pleinement dans la stratégie de promotion des destinations. Pas étonnant de voir que Cannes devient la première commune de France à lancer un appel à candidatures pour devenir « Ambassadeur TikTok de la ville ».

 

Avec de telles tendances, le marketing d’influence a donc encore un bel avenir devant lui !

À suivre …

Deborah Pires

Deborah Pires

Consultante RP & Digital l Transports